Celtes Histoire et traditions

Celte -

Celtes : Histoire, Traditions, Coutumes

Qui étaient les Celtes ?

Guerriers celtes

Les Celtes, ancien peuple indo-européen, ont atteint l'apogée de leur influence et de leur expansion territoriale au IVe siècle avant JC, s'étendant sur toute l'Europe, de la Grande-Bretagne à l'Asie mineure.

A partir du IIIe siècle av. JC, leur histoire est marquée par le déclin, et avec la conquête de la Gaule par Jules César (58-51 av. J.-C.), l'indépendance celtique a pris fin sur le continent européen.

En Grande-Bretagne et en Irlande, ce déclin s'est ralenti, mais la culture traditionnelle s'est progressivement érodée sous la pression de l'assujettissement politique ; aujourd'hui, les langues celtiques ne sont parlées qu'à la périphérie occidentale de l'Europe, dans des zones limitées d'Irlande, d'Écosse, du Pays de Galles et de Bretagne (dans ce dernier cas largement en raison de l'immigration britannique du IVe au VIIe siècle ap JC).

Les Celtes étaient un ensemble de tribus originaire d'Europe centrale qui partageaient une langue, des croyances religieuses, des traditions et une culture similaires. On pense que la culture celtique a commencé à évoluer dès 1200 av. JC. Leur héritage le plus fort est en Irlande et en Grande-Bretagne, où les traces de leur langue et de leur culture sont encore visibles aujourd'hui.

Vestiges Celtes en Irlande

L'existence des Celtes a été documentée pour la première fois au VIIe ou VIIIe siècle av. JC. L'Empire romain, qui régnait alors sur une grande partie du sud de l'Europe, les appelait "Galli", ce qui signifie barbares. Cependant, les Celtes étaient tout sauf barbares, et de nombreux aspects de leur culture et de leur langue ont survécu à travers les siècles.

D'où venaient les Celtes ?

Au début du IIIe siècle avant JC, les Celtes contrôlaient une grande partie du continent européen au nord de la chaîne des Alpes, y compris l'Irlande et la Grande-Bretagne d'aujourd'hui.

Expansion des celtes dans l'Europe

C’est sur ces îles que la culture celtique a pu survivre et prospérer, alors que l'Empire romain a petit à petit prit le contrôle du continent européen. À partir du règne de Jules César (Ier siècle avant JC), les Romains lancèrent plusieurs campagnes militaires contre les Celtes, les tuant par milliers et détruisant leur culture dans une grande partie du continent européen.

À cette époque, les armées romaines de César tentèrent, sans succès, d'envahir la Grande-Bretagne. Les Celtes de toute l’Europe s’y réfugièrent alors. Par conséquent, bon nombre de leurs traditions culturelles demeurent encore aujourd'hui visible en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles.

La plus grande partie de la population celte était constituée de grandes tribus : les Gaëls, les Gaulois, les Britanniques, les Irlandais et les Galates.

Les Celtiques en Espagne : Les Galates

Les Galates occupèrent une grande partie de la région des Asturies (aujourd'hui le nord de l'Espagne). Ils réussirent à repousser les tentatives d'invasion des Romains et des Maures, ces derniers dirigeant une grande partie du sud actuel de l'Espagne.

Aujourd'hui encore, des témoignages de la tradition galactique subsistent dans la région. Les descendants des Galates participent encore à d'anciennes danses en plein air, accompagnés par la cornemuse, un instrument souvent associé à des régions celtiques plus connues comme l'Écosse et l'Irlande.

De plus, un symbole celtique appelé "Cruz de la Victoria" (semblable à une croix celtique) orne le drapeau régional.

Croix celtique

Les Galates s'installèrent également en Galice, une région située sur la côte nord-ouest de l'Espagne.

Les Celtes en Bretagne : Les Britanniques

Les Britanniques et les Gaulois s'installèrent dans le coin nord-ouest de l'actuelle France, la Bretagne. La tradition celtique y a survécu car elle était géographiquement isolée du reste de la France, et de nombreux festivals et événements trouvent leur origine à l'époque celtique.

De nombreux bretons portent également des chapeaux celtiques traditionnels appelés coiffes (chapeaux de dentelle). Environ un quart des habitants de la région parlent le breton, une langue celtique semblable au gallois.

Coiffes celtes

Après le meurtre de César au premier siècle après JC, une attaque contre la Grande-Bretagne a poussé les Britanniques vers l'ouest jusqu'au Pays de Galles et au nord jusqu'en Ecosse.

Les Romains ont occupé ce territoire et ont par la ensuite construit le mur d'Hadrien (dont les vestiges subsistent encore aujourd'hui) près de ce qui est maintenant la frontière entre l'Angleterre et l'Écosse, en 120 après JC. Le mur a été conçu pour protéger les colons romains des Celtes qui s'étaient réfugiés plus au nord.

Langues celtiques

Au Pays de Galles, appelé Cymru par les Celtes, le gallois est la langue officielle (avec l’anglais). C’est une langue celtique et elle est encore largement parlée dans la région. De même, en Cornouailles (le comté le plus à l'ouest de l'Angleterre et près du Pays de Galles), de nombreux résidents parlent encore le cornique, qui est semblable au gallois et au breton.

Et, en Écosse bien qu'elle soit minoritaire, la langue celtique écossaise : le gaélique écossais, est toujours parlée mais a largement disparu au XIXe siècle, lorsque les Anglais ont colonisé l'Irlande.

Anciennes croyances et pratiques religieuses des Celtes.

Ni les Romains ni les Anglo-Saxons, n'ont réussi à envahir l'Irlande. Cela a permis aux tribus celtes qui s'y étaient installées - à savoir les Gaëls et les Irlandais - de survivre et a permis à leur culture de s'épanouir.

Lorsque le christianisme arriva en Irlande avec Saint Patrick en 432 après JC, de nombreuses traditions celtiques furent incorporées dans la "nouvelle" religion afin que les habitants locaux l’adoptent plus facilement. De fait, le catholicisme n’a pu devenir religion dominante sur l'île qu’après le massacre des druides, chefs religieux des Gaëls.

Druide Celte

Cependant, même avec la nouvelle proéminence du christianisme, des traces de la culture celtique subsistent. Comme par exemple, la croix celtique qui est unique car elle représente la conception de la croix catholique de la région. De plus, de nombreuses histoires folkloriques celtiques, comme la légende de Cu Chulainn, sont encore racontées en Irlande.

Sources

Deux principaux types de sources fournissent des informations sur la religion celtique : les monuments sculpturaux associés aux Celtes d'Europe continentale et de Grande-Bretagne romaine, et les littératures celtiques insulaires qui ont survécu par écrit depuis l'époque médiévale.

 monument écriture celte

Les deux posent des problèmes d'interprétation. La plupart des monuments et les inscriptions qui les accompagnent, appartiennent à l'époque romaine et reflètent un degré considérable de syncrétisme (combinaison de doctrines initialement incompatibles) entre les dieux celtes et romains.

Même si les figures et motifs semblent dériver de la tradition pré-romaine, ils sont difficiles à interpréter en l'absence d'une littérature préservée sur la mythologie. Ce n'est qu'après l'écoulement de nombreux siècles que la tradition mythologique fut écrite, mais l'Irlande et le Pays de Galles avaient alors été christianisés.

De plus les scribes et les rédacteurs étaient des savants monastiques. La littérature qui en résulte est abondante et variée, mais elle est très éloignée dans le temps et dans l'espace. Elle reflète inévitablement la sélectivité des rédacteurs et une part de leur apprentissage chrétien.

Les dieux celtes

Les dieux celtes et leurs cultes étaient locaux et tribaux plutôt que nationaux. On retrouve ainsi un grande diversité de dieux et déesses.

Selon César, le dieu le plus honoré par les Gaulois était Lugudunon qui a fait connaître ses nombreux centres de culte et dont sont issus les modernes Lyon, Laon et Loudun en France, Leiden aux Pays-Bas et Legnica en Pologne. De leur côté, les irlandais et les gallois préféraient respectivement les dieux Lugh et Lleu.

Lugh dieux celte

En Irlande, Lugh était le jeune vainqueur du démoniaque Balar "de l'œil venimeux". Sa propre fête, appelée Lughnasadh (" Fête de Lugh ") en Irlande, a été célébrée - et l'est encore à plusieurs endroits - en août. Au moins deux des premiers sites de festivals, Carmun et Tailtiu, étaient les lieux de sépulture réputés des déesses associées à la fertilité de la terre.

Les littératures insulaires montrent que certaines divinités étaient associées à des métiers particuliers.

Croyances, pratiques et institutions

Vie dans l'au-delà

On sait peu de choses sur les croyances religieuses des Celtes. Ils croyaient en une vie après la mort, car ils enterraient de la nourriture, des armes et des ornements avec les morts.

Les druides, enseignaient la doctrine de la transmigration des âmes et discutaient de la nature et du pouvoir des dieux. Les Irlandais croyaient en un autre monde, imaginé tantôt sous terre, tantôt comme des îles dans la mer. L'autre monde a été diversement appelé "la terre des vivants", "la plaine enchantée" et "la terre des jeunes".

Les Celtes croyait que c'était un pays où il n'y avait ni maladie, ni vieillesse, ni mort, où le bonheur durait pour toujours et où cent ans était comme un jour. L’équivalent du paradis chrétien.

Vie après la mort celte

Adoration

Selon Poséidonios et les auteurs classiques ultérieurs, la religion et la culture celtiques étaient dirigé par trois classes professionnelles - les druides, les bardes, et les voyants.

Cette triple hiérarchie est présente parmi les deux branches principales des Celtes en Irlande et au Pays de Galles, mais elle est mieux représentée dans la tradition irlandaise primitive avec ses druides.

Le nom druide signifie "connaître le chêne" et provient d'un rituel druidique pratiqué dans la forêt. Pour autant que l'on sache, les Celtes n'avaient pas de temples avant la période gallo-romaine ; leurs cérémonies se déroulaient dans des sanctuaires forestiers. C’est à l'époque gallo-romaine que les temples ont été érigés.

Le sacrifice humain était souvent pratiqué par les Celtes. Ils furent interdits par Saint Patrick.

sacrifice celte culture

Festivals

Des sources insulaires fournissent des informations importantes sur les fêtes religieuses celtiques. En Irlande, l'année a été divisée en deux périodes de six mois par les fêtes de Beltine (1er mai) et de Samhain (Samain ; 1er novembre), et chacune de ces périodes a été également divisée par les fêtes de Imbolc (1er février) et de Lughnasadh (1er août). Lughnasadh était la fête du dieu Lugh.

L'impact du christianisme

La conversion au christianisme a inévitablement eu un effet profond sur ce système socio-religieux à partir du Ve siècle, bien que son caractère ne puisse être extrapolé qu'à partir de documents datant de bien plus tard.

Au début du VIIe siècle, l'église avait grandement réprimé les druides, tandis que les filidh (maîtres de l'enseignement traditionnel) étaient encore très présent et s'efforçaient de conserver une partie de leur tradition pré-chrétienne.

Le Glossaire de Cormac (vers 900) raconte que Saint Patrick a banni les rites mantiques de la filidh qui impliquaient des offrandes aux démons. L'église ait également pris soin de complètement supprimer les sacrifices d'animaux et autres rituels similaires.

Artisanat celtique

Partout en Europe, les Celtes ont été crédités de nombreuses innovations artistiques, y compris la sculpture sur pierre complexe et le travail des métaux fins, notamment les bijoux. Par conséquent, une partie importante des collections des musées en Europe et en Amérique du Nord est constituée de conceptions celtiques. Fabriqués à partir d'or, d'argent et de pierres précieuses.

Les Bracelets Celtes sont aussi sur Histoire de Bracelet !

Si vous êtes arrivé(e) jusqu’à là, c’est que vous devez vraiment être passionné(e) par l'Histoire et culture autour de ce peuple unique. Et vous savez quoi ? Histoire de Bracelet propose de nombreux Bracelets Celtes sous forme de : Bracelets Ancre, Bracelets en Cuivre, Bracelets de Force ... une véritable panoplie ! 🤩

Musique traditionnelle celtique

La plupart des musiques folkloriques traditionnelles celtiques étaient spécialement composées pour être dansées. C'est l'une des raisons pour lesquelles elles sont si rythmées. Les instruments comprennent le plus souvent des bodhráns ou autres percussions, banjos, pipes et flûtes. La musique utilisée pour les danses traditionnelles ne comporte généralement pas de chants.

Groupe de musique celte

Les danses celtiques

Il existe de nombreuses formes de danse celtique qui nous provient en majorité de l’Irlande et nous essayons de les couvrir toutes ici en détail.

La danse est un aspect fort de la culture celtique. Le jeu de pieds distinctif est une nouveauté pour les étrangers et est souvent impressionnant. Le spectacle Riverdance est le principalement responsable de la popularité de la danse irlandaise au cours des deux dernières décennies. Cependant, les danses traditionnelles celtes existaient des siècles auparavant.

Ceili Dancing

Les danses de Ceili remontent à plusieurs siècles, au début des années 1500. C'est une danse folklorique pour plusieurs couples. Chaque couple danse ensemble ainsi qu'avec le groupe, souvent en échangeant des partenaires. Le Ceili a beaucoup de pas qui se font sur la pointe des pieds.

Set Dancing

Le quadrille, une danse de cour populaire, a été adapté en danse de scène pour les régions rurales. Il faut typiquement quatre couples disposés selon un motif carré. Deux couples à la fois traversent ensuite la place pour échanger leurs positions. Contrairement au ceili, les danseurs utilisent la plupart du temps toute la partie plate de leurs pieds, à l'exception de quelques pas.

Stepdance

Stepdance est une danse irlandaise se dansant tout seul ou groupes. Bien qu'il soit parfois dansé en couple, ce n'est pas obligatoire. Les danseurs gardent le haut du corps rigide. Cela contraste particulièrement avec leurs pieds et leurs jambes qui se déplacent à travers une succession de sauts très rapides, de coups de pied élevés et de jeux de pieds complexes.

Sean-nós Danse

Sean-nós se distingue par son jeu de pieds qui tend à rester parallèle et au contact du sol, contrairement aux autres danses irlandaises. Le haut du corps est également plus détendu, avec des hanches et des bras oscillants. L'improvisation est encouragée chez Sean-nós, elle est donc beaucoup moins formelle ou organisée.

Si vous aimez l'univers celte, vous allez surement adorer l'univers de ce site Retro et Vintage !

Recevez nos offres et nos soldes dans votre boite email.